Démarches administratives

Fiche pratique

Saisie-appréhension : livraison ou restitution d'un bien

Vérifié le 20 mars 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

La saisie-appréhension permet de restituer ou de livrer un bien réclamé par le demandeur. C'est le cas par exemple lorsqu'un magasin refuse de livrer un objet déjà payé ou lorsqu'une personne, une fois livrée, ne paie pas le reliquat (c'est-à-dire la somme restant due). Cette saisie s'effectue dans le respect de procédures qui varient selon que l'huissier dispose ou non d'un titre exécutoire.

Si le créancier dispose d'un titre exécutoire, il peut s'adresser directement à un huissier de justice.

Où s’adresser ?

Deux cas de figure sont alors possibles : soit le débiteur est en possession du bien, soit le bien est détenu par une autre personne (un tiers).

  • L'huissier adresse au débiteur un commandement de restituer ou de délivrer. Le document contient les éléments suivants :

    • Mention du titre exécutoire
    • Obligation faite au débiteur de restituer ou livrer le bien sous 8 jours, sous peine de saisie-appréhension à ses frais
    • Informations sur les voies de recours de débiteur (possibilité de saisir le juge pour contester le commandement).

    Le bien peut aussi être appréhendé immédiatement si le débiteur est présent et qu'il refuse de transporter à ses frais le bien dans le lieu indiqué par le titre exécutoire. En effet, dans ce cas de figure, l'huissier n'a pas besoin de présenter de commandement préalable.

    Un acte de la remise volontaire ou de l'appréhension du bien est remis au débiteur.

  • Si le bien est détenu par un tiers, l'huissier doit lui signifier une sommation de remettre ce bien. Elle est également adressée au débiteur par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR). Elle contient les éléments suivants :

    • Copie du titre exécutoire
    • Injonction de remettre le bien dans un délai de 8 jours ou de transmettre les raisons de son refus
    • Information sur les voies de recours.

    À l'issue du délai de 8 jours, en l'absence de remise volontaire du bien, le créancier peut demander au juge du tribunal d'ordonner la remise de ce bien. Le juge doit être saisi dans le mois qui suit la sommation.

    Si le juge l'ordonne, le bien pourra être saisi.

    Un acte de saisie est adressé au tiers et au débiteur.